Le territoire

Essay by EssaySwap ContributorJunior High, 9th grade February 2008

download word file, 5 pages 0.0

Downloaded 420 times

Situé dans la partie Nord-Ouest du Québec, sur le Bouclier-Canadien, l'Abitibi-Témiscamingue est enclavé à l'Ouest par la frontière Ontarienne et à l'Est par la Mauricie. Situé à 30 km à l'Est d'Amos, Launay est un territoire qui s'étend sur 252.45 km2 . Sa région est située à la rencontre de deux bassins hydrographiques. Celui de l'Hudson au nord et celui du St-Laurent délimité plus au sud. Lors du retrait des glaces, il y a de ça plus de 9000 ans, des lacs( lacs proglaciaires ) se sont formés. Les lacs Barlow et Ojibway pour ce cas-ci, inondant une partie du territoire, dont Launay. Aujourd'hui, ces terrains se retrouve sous une couche d'argile provenant de ces deux lacs .

Le climat régional est de type continental tempéré. Les étés sont passablement chauds et les hivers sont très froids et secs. La température annuelle se situe aux environs de 19oC . Le jour, elle est comparable à celle de la région de Québec, mais à la tomber de la nuit, elle devient passablement plus fraîches et plus froides .

1.2 Contexte historique Fondé en 1921, Launay était une municipalité récente quant aux peuplements. Comme pour l'ensemble de l'Abitibi, elle a été peuplé par les blancs à partir de 1885 afin de s'adonner au commerce des fourrures. La région s'est « ouverte » en 1912 avec l'arrivée de la compagnie de chemin de fer, le Transcontinental. Plusieurs éléments clés ont permis le développement de cette région. Tout d'abords, les formidables ressources forestières et minières de la région, ont permis aux gens de l'époque d'aspirer à un avenir des plus fleurissants. Les plans de colonisation pour contrer la crise économique de 1930 et la demande accrue pour les produits forestiers, ont permis le développement non seulement de Launay mais de l'Abitibi tout entier.

L'ouverture de plus de 60 mines en Abitibi-Temiscamingue entre 1925 et 1960, a permis d'accélérer le processus de développement. Ce fut de courte durée. En 1960, la fermeture de nombreuses mines et l'exode des ruraux suite à l'épuisement des sols et des ressources forestières a entraîné un dépeuplement important dans l'ensemble du territoire et bien entendu, Launay. Après une étude faite sur le potentiel des terres agricoles par le ministère de l'agriculture en 1960, ce dernier les déclares inaptes et non-propice à l'agriculture. De peur que leurs villages ne soient fermés, comme certains endroits en Gaspésie( Sacré-Cœur-des-Londes, St-Octave-de-l'Avenir, etc.) par le BAEQ, les habitants des 40 paroisses ayant vu leur terre déclarée impuissante pour l'agriculture, rassemblèrent leurs forces en portant pression sur le gouvernement afin que celui-ci n'applique les recommandations faites dans le rapport. Ce qu'ils réussirent à faire, évité la fermeture.

1.3 La population Avec ses 260 habitants en 1996, Launay constitue l'un des plus petits villages dans l'ensemble du Québec. Dans le tableau 1A, nous pouvons constater une lente diminution de la population depuis 1976. On peut également y observer une plus forte décroissance de la population lors du recensement de 1991. Cela peut s'expliquer par la récession économique présente au début des années 1990 qui a entraîné le départ de plusieurs travailleurs pour des régions plus propices. Par la suite, jusqu'à aujourd'hui, la dégringolade semble s'être stabilisée.

Tableau 1A Population de Launay (1976-2001) Années Variation % Populations 1976 N/A 395 1981 -6.58% 369 1986 -9.20% 335 1991 -18.80% 272 1996 -4.40% 260 2001 -0.40% 259 Source : Statistiques Canada, recensement de 1976 et 2001 1.4 La migration des jeunes La migration des jeunes vers d'autres régions pose un grave problème à la région. Elle constitue la perte de la relève du développement régional. Ce que nous voulons expliquer ici c'est que sans jeunes, l'avenir d'une région est utopique. En comparant la composition des âges de la population sur une période de vingt ans, nous pouvons remarquer au graphique 1B, une diminution, non alarmante mais certes, dans chacune des catégories d'âges. Le développement du réseau post-secondaire ( universitaire et collégial), quoi que bien établi en Abitibi-Témiscamingue, offre peu de programmes. Ces deux éléments combinés, la migration et l'enseignement supérieur, font de sortes que la région devient une bombe à retardement quant à la détérioration de la région.

Graphique 1 B Source : Statistique Canada, recensement de 1976, 1996 1.5 Structure d'âge La masse d'âge la plus imposante de Launay est celle qui regroupe les gens âgés de 25 à 54 ans. Comparativement au recensement de 1976 qui regroupait 130 habitants pour 32% de la population, celui de 1996 en regroupe 115, ce qui représente plus de 41 % de la population. La catégorie où l'on peut voir un vieillissement de la population est celle des gens âgées de 55 ans et plus. En effet, on dénombre en 1976, 35 gens comparativement à 70 en 1996. Soit exactement le double de ce que l'on retrouvait il y a 20 ans. Dans le graphique 1 C, nous pouvons voir la différence entre les deux décennies. Nous pouvons parfaitement observer qu'en 1976, la population était beaucoup plus jeunes et qu'aujourd'hui, la population se fait de plus en plus vieille. Le phénomène du vieillissement de la population s'amplifie et peut s'expliquer par un retour des retraités dans leur lieu d'origine afin d'y terminer leur jour.

Graphique 1C Source : Statistique Canada 1976, 1996.

1.6 La scolarité Au recensement de 1996, la scolarité à Launay, chez les gens âgés de 25 ans est plus est faible considérant que 40% ( 20% pour l'ensemble du Québec ) d'entre eux n'ont jamais reçu leur diplôme d'études secondaires. Chez les hommes, on en estime 44,4% et 35,3% chez les femmes. Ce que nous trouvons inquiétant ici c'est le pourcentage des hommes âgés de 25 ans et plus qui ont reçu leur diplôme d'études secondaire, s'élevant seulement à 16,7%. Les femmes suivent avec 35,3% pour une moyenne combinée de 25,7%. Ce qui veut dire que une personne sur quatre a terminé son secondaire ou a reçu un diplôme de niveau supérieur. Sur la totalité des habitants, homme ou femme, personne( 0%) n'a décroché un diplôme des études universitaires(Voir Tableau 1D) . Il est fort probable que des habitants de Launay ont obtenu des diplômes universitaires. Mais le milieu ne leur offre aucune possibilité de pratiquer.

Tableau 1D Niveau atteint Tot. Sexe Masc. Sexe Fem. Tot. Au Québec Masc. Au Québec Fem. Au Québec % de la population de 25 ans plus avec un diplôme d'études secondaires 25,7% 16,7% 35,3% 64,8% 65,9% 63,8% % de la population de 25 ans et plus avec un diplôme d'une école de métiers 5,7% ------- --------- 40,0% 43,0% 37,3% % de la population de 25 ans et plus avec un diplôme universitaire 0,0% 0,0% 0,0% 16,9% 18,2% 15,8% % de 25 ans et plus n'ayant pas fait d'études secondaires 40,0% 44,4% 35,3% 20,4% 19,1% 21,5% Source : Statistiques Canada 1996 Nous somme très perplexes. La scolarisation en Abitibi demeure inférieure à l'ensemble du Québec. La sous-scolarisation demeure un fléau important pour cette région. Avec les progrès dans la haute technologie, il devient de plus en plus important de recevoir une éducation de qualité. Cette sous-scolarisation peut s'expliquer par une accessibilité réduite aux établissements des études post-secondaires même si l'on compte l'Université du Québec en Abitibi-Temiscamingue(UQAT) située à Rouyn-Noranda, avec des pavillons logeant à Val d'Or et Amos, et un cégep à Rouyn-Noranda. Il demeure que pour certaines personnes, la distance demeure un important obstacle.